Cartographie


En 2000 Patrick Crossonneau présente ses travaux lors d’une exposition collective d’une dizaine d’artistes à Xi’an en Chine. Les œuvres sont des encres sur papier de Chine marouflé sur d’anciennes cartes IGN marouflées sur toile, réalisées dans son atelier de l’époque, à Paris.

Dans son article « Cartographie nébuleuse » publié chez l’Harmattan, Raphael Olbert développe le point de vue du plasticien sur le rapport qu’il entretien avec la carte, la tache, le papier. Il écrit en particulier ceci :

« Les variations de densité, de couleurs, de formes qui se produisent, créent comme dans la peinture chinoise des paysages imaginaires qui se superposent ici à un territoire préexistant. Une adéquation plastique naît de la superposition des taches sur les lignes tracées sur la carte. Aidée par un positionnement au millimètre près du papier de calligraphie sur la carte, le hasard provoque des conjonctions entre le délié des méandres des cours d’eau et rivières, des courbes de niveaux, des chemins de terre, de fer, et les sédiments de l’encre de Chine. Mais au-delà des simples coïncidences plastiques, l’intérêt essentiel de la confrontation se justifie autrement, car si les taches d’encre laissent l’imaginaire faire ses choix quant aux référents possibles, la carte géographique, elle, n’est qu’un dispositif sémiotique dénué de toute liberté interprétative. Une relation dialectique par le jeu des dissemblances et des oppositions donne alors un sens à la réunion. » (Raphaël Olbert, in Encrages, Cahier d’esthétique, L’Harmattan, septembre 2001, pp130-133 ).

Châteaudun sud-ouest  © Patrick CrossonneauChâteaudun sud-ouest (détail)Châteaudun sud-estChâteaudun sud-est (détail)Châteaudun nord-ouestChâteaudun nord-ouest (détail)Châteaudun nord-estChâteaudun nord-est (détail)Blois sud-ouestBlois sud-ouest (détail)Blois sud-estBlois sud-ouest (détail)Blois nord-estBlois nord-est (détail)Blois nord-est IIBlois nord-est II (détail)BracieuxBracieux (détail)RomorantinRomorantin (détail)